Réseaux à Athènes

Réseaux à Athènes | O. Jagou

Quelques semaines avant notre départ pour la Grèce, certains d'entre nous ont eu la chance de rencontrer Giorgos ATHANASSAKIS, un des créateurs du City Plaza, qui était à Villeurbanne pour faire connaître leurs actions, grâce à la projection d’un documentaire, ponctué d’un débat sur le l’hôtel City Plaza, devenu un squat pour réfugiés. C'est à partir de cette rencontre avec Giorgos que nous avons décidé de centrer notre étude sur les réseaux de solidarité, à destination des réfugiés, mis en place à Athènes.

Une fois sur place, certains d'entre nous étaient déjà en contact avec des bénévoles dans les différents lieux d'accueil des réfugiés comme Imogen FREARSON volontaire au City Plaza et à Khora. Par le biais d’Imogen, nous avons pu rencontrer Chloé, également bénévole au sein du City Plaza. Ceci nous a permis de recueillir de nombreuses informations sur le fonctionnement des squats et la vie de bénévole au sein des lieux d’accueil des réfugiés.

Par le biai des connaissances de certains membres du groupe de géographe, ainsi que par cette rencontre lors de la soirée débat à Villeurbannes, nous avons pu avoir un accès plus facilement au City Plaza ainsi qu’à Khora, où nous avons pu rencontrer le fondateur de ce lieu,  Alee ZEO.


Puis, par le bouche à oreille, nous avons également pu entrer en contact avec les membres du squat de Notara, mais refusant notre présence durant leur assemblé générale, ceux-ci nous envoyèrent vers un autre squat à  quelques pas de celui-ci, le squat Spirou Tripikou, ou nous avons pu échanger avec une autre bénévole, Anna.


Enfin, en allant parcourir le quartier autour du City Plaza, afin de faire des passations de questionnaires et d'entretiens, nous avons pu discuter avec un groupe de réfugiés sénégalais. Aussi, au hasard d'une rue, nous avons pu rencontrer Sister Pretty, sœur bénévole aux JRS (Jesuite Refugees Service), qui nous a permis d'avoir un entretien avec la psychologue du lieu, Angela, qui nous apporta énormément d’informations sur l’histoire et la vie du quartier, ainsi que sur les conditions de vie des réfugiés en Grèce.

 

De fil en aiguille, de contacts en contacts, nous avons pu appréhender au mieux la situation actuelle des réfugiés à Athènes et comprendre le fonctionnement des réseaux de solidarité, mis en place par la population grecque.  

 

Organigramme de notre réseau | Crédits : O. Jagou

 

 

 

×